L’OCT pour analyser les lésions néovasculaires de la DMLA

Est-il possible d’utiliser l’OCT-A pour étudier les caractéristiques quantitatives et qualitatives des membranes néovasculaires (NV) choroïdiennes dans la DMLA ? Oui, répond une étude américaine.

Celle-ci a inclus 31 yeux dont 11 avaient des lésions NV actives au début de l’étude et lors du contrôle consécutif au traitement par anti-VEGF et 20 avec des lésions NV quiescentes. L’examen à l’OCT-A a révélé que morphologiquement, toutes les lésions quiescentes et seulement 63,6% des lésions actives montraient un vaisseau central proéminent et qu’en outre, les lésions acti­ves avaient un taux plus élevé de ramifications de petits vaisseaux (82%) et d’arcades périphériques que les lésions quiescentes (qui affichaient des taux respectifs de 30 et 40%). Autre biomarqueur pertinent statistiquement : la complexité du modèle des lésions, plus faible dans la partie ­interne des lésions actives après traitement et dans l’ensemble des lésions quiescentes que dans les lésions actives avant traitement. La surface des ­lésions et la densité des vaisseaux observées n’ont en revanche pas été statistiquement significatives, que ce soit dans la comparaison pré- et post-traitement ou dans la comparaison entre lésions actives et lésions quiescentes. Les auteurs avancent que l’identification de ces biomarqueurs de l’activité des lésions pourrait permettre à l’OCT-A de devenir une méthode efficace et non invasive pour guider l’évaluation, le traitement et le suivi de la néovascularisation dans le cas de la DMLA exsudative.

Al-Sheikh M, Iafe N, Phasukkijwatana N et al. Biomarkers of neovascular activity in age-related macular degeneration using optical coherence tomography angiography. Retina. 2018 Feb 1;38(2):220-30.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous