L’OCT en routine avant la chirurgie de la cataracte

« Il n’y a aucune raison de ne pas le faire », a exposé Yishay Weill, du Shaare Zedek Medical Center à Jérusalem, Israël, lors du congrès annuel de l’académie américaine d’ophtalmologie, fin octobre. Les propos, rapportés par le site Medscape Medical News, concernent l’OCT avant la chirurgie de la cataracte et s’appuient sur une étude réalisée par le scientifique et ses collègues.

 

 

Celle-ci a porté sur 226 patients ayant passé un scanner OCT avant une chirurgie de la cataracte et a révélé des anormalités dans 40,3% des yeux étudiés : 43 yeux ont présenté une DMLA, 27 une membrane épirétinienne, 18 un œdème maculaire cystoïde, 6 une traction vitréo-maculaire, 4 des trous lamellaires et 4 d’autres pathologies. Or 51,8% de ces problèmes n’avaient pas été détectés lors du fond d’œil pratiqué auparavant. Et pour 14% d’entre eux, l’OCT a conduit à un changement de traitement (report de la chirurgie, combinaison avec une autre procédure, traitement supplémentaire…). D’où l’affirmation de Y. Weill visant à généraliser l’OCT avant la chirurgie de la cataracte. Une raison de ne pas le faire émerge cependant : le coût. Qui reste à évaluer, par pays et par rapport aux bénéfices d’une meilleure détection des pathologies oculaires.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous