L’OCT-A pour les brûlures oculaires chimiques

Face à un œil soumis à une brûlure chimique, faut-il mieux suivre l’ischémie limbique par examen clinique ou avec l’OCT-A ? Pour répondre à cette question, des chercheurs britanniques ont étudié 10 participants (15 yeux) souffrant d’une blessure oculaire chimique sévère.

Ils ont alors comparé l’évaluation de l’entendue des lésions épithéliales et de l’ischémie limbique selon que celle-ci est observée sur des photographies cliniques ou via l’OCT-A. Résultat : la tomographie est plus efficace et précise pour suivre l’étendue de l’ischémie, mais également la récupération de l’œil. Les scientifiques ont ainsi noté que l’OCT-A révèle une récupération vasculaire d’environ 0,9 mm²/jour et que cette progression, ainsi que l’étendue initiale de l’ischémie, sont des indicateurs précieux des conséquences sur la vision.

Fung SSM et al. Anterior segment optical coherence tomographic angiography assessment of acute chemical injury. Am J Ophthalmol. 2019 May 9.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous