L’OCT-A pour anticiper l’exsudation

L’OCT-angiographie serait-elle la solution pour prévenir au plus tôt les dommages de la DMLA ? C’est ce que pense David Huang, chercheur à l’université de Portland, aux états-Unis. Il a présenté au congrès annuel de la société américaine des spécialistes de la rétine son étude portant sur 63 patients atteints de DMLA sèche dans un œil et de DMLA humide dans l’autre œil.

 

 

Tous les six mois, David Huang et ses collègues ont scanné à l’OCT-A les yeux non exsudatifs et ils ont remarqué que ceux-ci avaient 18 fois plus de risque de devenir exsudatifs si une néovascularisation choroï­dienne (NVC) quiescente était détectée à l’OCT-A que dans le cas contraire. Ces données confirment celles de l’équipe du Pr Querques qui avait retrouvé une évolution vers l’exsudation à 1 an dans 21% des yeux adelphes avec NVC quiescente comparé à un taux de 4% des yeux sans NVC quiescente. D’après Medscape Medical News, David Huang recom­mande donc un suivi précis de ces yeux à l’OCT-A dans les premiers mois pour y déceler une éventuelle progression rapide de la NVC quiescente, et souligne qu’un essai clinique est à présent nécessaire pour déterminer si les lésions non exsudatives peuvent être traitées. Un tel protocole permettrait d’éviter d’attendre l’exsudation pour démarrer le traitement et donc de limiter les pertes de vision en privilégiant la prophylaxie.

© Jerome Rommé

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous