L’intelligence artificielle pour améliorer la précision de l’examen de la réfraction

« Pour les patients présentant des défauts complexes de la réfraction, l’appréciation du « je vois mieux » ou du « je vois moins bien » avec les verres d’essai montre parfois ses limites. De fines imperfections optiques, non mesurables par les auto-réfractomètres car non corrigibles en lunettes, peuvent toutefois influer sur cette appréciation subjective », expose l’Hôpital Fondation Rothschild dans un communiqué.

Des ophtalmologistes de l’hôpital ont donc eu l’idée de se baser plutôt sur les aberromètres, qui permettent d’établir une cartographie détaillée des défauts optiques résiduels entachant les yeux humains même bien corrigés en lunettes. Ils ont compilé et classé des milliers de relevés aberrométriques et ont ensuite fait appel à des algorithmes d’intelligence artificielle pour accroître la qualité de la prédiction de la réfraction subjective et comparer l’influence de groupes d’aberrations spécifiques sur la meilleure correction à prescrire.

Rampat, R., Debellemanière, G., Malet, J. et al. Using Artificial Intelligence and Novel Polynomials to Predict Subjective Refraction. Sci Rep 10.