L’enveloppe DPC amputée de 21%

La réduction forfaitaire était déjà une hypothèse avancée par l’Inspection générale des affaires sociales, IGAS, dans son rapport en avril 2014, faute de budget suffisant : « Les aléas budgétaires ne donnent aucune assurance qu’il sera possible de financer le coût d’un DPC généralisé à l’ensemble des professionnels concernés », avançait alors l’IGAS.

L’enveloppe maximale qui était fixée à 3 700 euros par an pour chaque praticien, sera ­désormais réduite à 2 940 euros en 2017. « La profession a accepté une diminution de l’indemnisation des médecins et une baisse du chiffre d’affaires des opérateurs à condition qu’il y ait un vrai contrôle de la qualité des programmes et des organismes, rapporte le Dr Bernard Ortolan, directeur scientifique d’Evolutis DPC qui espère que cette baisse permettra à davantage de praticiens d’accéder au DPC. »

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous