Eyelea dans l’OMD : bénéfice maintenu à trois ans

 

L'amélioration de l'acuité visuelle induite par l'aflibercept (Eylea, Bayer) se maintient à trois ans chez des patients atteints d’œdème maculaire diabétique, selon des données de suivi d'un essai de phase III présentées par le Pr Jean-François Korobelnik vendredi 18 septembre au congrès Euretina à Nice. 

Ces données proviennent du suivi de l'étude VIVID-DME qui a comparé les injections intravitréennes d'aflibercept 2 mg tous les mois (136 patients) ou tous les deux mois (135 patients), après un régime d'initiation de cinq injections espacées d'un mois, à la photocoagulation au laser (132 patients). Après deux ans, les patients du groupe laser ont pu recevoir l'aflibercept selon un régime PRN (à la demande).

Au bout de trois ans, les patients avaient un gain d'acuité visuelle de 10,3 lettres sous Eylea mensuel, de 11,7 lettres sous Eylea tous les deux mois et de 1,6 lettres pour ceux traités par laser (à un an, le gain avec l'aflibercept était respectivement de 10,5 lettres (mensuel) et 10,7 lettres (tous les deux mois) contre 1,2 lettre avec la photocoagulation).

De plus, 41,2 % des patients du groupe mensuel et 42,2 % du groupe tous les deux mois ont pu maintenir des gains d'au moins 15 lettres (trois lignes ETDRS), contre 18,9 % des patients du groupe laser.

Les effets secondaires étaient similaires entre les groupes et du même ordre qu'à un et deux ans. Il s'agissait surtout d'hémorragie conjonctivale, de cataracte et d'une élévation de la pression intraoculaire. Les effets secondaires non oculaires étaient des nasopharyngites et de l'hypertension. Des événements thombo-emboliques artériels sont survenus chez 10,3 % des patients traités tous les mois, 4,4 % des patients traités tous les deux mois et chez 5,3 % des patients du groupe laser.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous