DMLA : tolérer la présence de liquide sous-rétinien est aussi efficace

L’étude FLUID, soutenue par Novartis, a montré que tolérer la présence de liquide sous-rétinien en cas de traitement par ranibizumab en schéma Treat & Extend dans la DMLA néovasculaire était aussi efficace en terme d’acuité visuelle, et nécessitait moins d’injections. Cette étude australienne de phase IV randomisée et contrôlée en simple aveugle sur 24 mois a inclus 349 patients (dont 279 ont complété l’essai) présentant une DMLA avec néovascularisation choroïdienne non traitée auparavant.

L’idée de départ était de vérifier si l’assèchement complet de la rétine (qui demande davantage d’injections) était nécessaire pour obtenir de bons résultats d’acuité visuelle. Les participants ont été divisés en deux groupes, l’un traité par une stratégie Treat & Extend classique avec assèchement de l’espace intrarétinien ainsi que de l’espace sous-rétinien (groupe intensif, n=174), l’autre par une stratégie avec assèchement seulement de l’espace intrarétinien (groupe non intensif, n=175). Le gain d’acuité visuelle était en moyenne de 3 lettres dans le groupes intensif et de 2,6 lettres dans le groupe non intensif, une différence non statistiquement significative, qui a démontré la non-infériorité de la stratégie consistant à tolérer une persistance de liquide sous-rétinien. La proportion de patients dont l’acuité visuelle était supérieure à 20/40 était similaire dans les deux groupes (53,5% et 56,6% respectivement), de même que celle dont l’acuité visuelle était inférieure à 20/200 (respectivement 8,7% et 8,1%). La stratégie non intensive a permis de diminuer légèrement le nombre d’injections sur deux ans (15,8 pour le groupe non intensif, et 17 pour le groupe intensif). Enfin, l’étude a observé que significativement plus de patients du groupe intensif n’ont pu étendre le délai d’injection au-delà de 4 semaines (13,5% contre 2,8% dans le groupe non intensif) ; alors que significativement plus de patients du groupe non intensif ont pu avoir des extensions jusqu’à 12 semaines et maintenir ce délai (29,6% contre 15% dans le groupe intensif).

Guymer RH et al. Tolerating Subretinal Fluid in Neovascular Age-Related Macular Degeneration Treated with Ranibizumab Using a Treat-and-Extend Regimen. Ophthalmology. 2019;126(5):723–34.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous