Canal nasolacrymal : quand opérer ?

Des chercheurs du Minnesota (états-Unis) se sont penchés sur les dossiers médicaux de 1 998 enfants, diagnostiqués, en moyenne à l’âge de 1,2 mois, pour une obstruction congénitale du canal nasolacrymal. Leur objectif : évaluer le taux de résolution spontanée et définir le meilleur moment pour le sondage du canal. Ils ont ainsi tiré trois observations principales : sur l’ensemble de la cohorte, 83,5% des patients ont vu leur canal se déboucher spontanément ; le taux de résolution spontanée se stabilise cependant après l’âge de 9 mois et le taux initial de réussite du sondage diminue après l’âge de 15 mois par rapport aux enfants opérés entre leurs 12 et 14 mois.

En conséquence, les auteurs recommandent que le sondage soit pratiqué entre l’âge de 9 et 15 mois. Dans un commentaire, Michael Repka, de l’université Johns-Hopkins, dans le Maryland, note toutefois que les enseignements à ­tirer de cette étude ne sont peut-être pas si évidents : « pour éviter éventuellement une opération et dans de nombreux cas une anesthésie générale, il faut supporter des mois supplémentaires d’obstruction en espérant une résolution spontanée. Certains cliniciens ont signalé que repousser le sondage, et donc ajouter des mois de symptôme, pourrait entraîner des lésions cicatricielles du canal nasolacrymal et donc expliquer en partie pourquoi le taux de réussite des sondages diminue chez les enfants plus âgés. »

Sathiamoorthi S, Frank RD, Mohney BG. Spontaneous Resolution and Timing of Intervention in Congenital Nasolacrimal Duct Obstruction. JAMA Ophthalmol. Published online August 30, 2018.

Et Repka MX. Timing of Simple Probing for Congenital Nasolacrimal Duct Obstruction: Not So Simple. JAMA Ophthalmol. Published online August 30, 2018.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous