Bayer confirme le schéma thérapeutique d’Eylea®

Au 19e congrès Euretina qui s’est tenu en septembre à Paris, les laboratoires Bayer ont notamment présenté les résultats de l’essai clinique de phase 3/4b Aries. Dans celle-ci, les patients atteints de DMLA exsudative ont reçu trois doses initiales d’aflibercept à quatre semaines d’intervalle, puis une quatrième injection huit semaines plus tard.

16 semaines après la première injection, ils ont été aléatoirement séparés en deux groupes : le premier s’est engagé immédiatement dans le nouveau schéma thérapeutique T&E (« Treat and extent », autorisé en Europe depuis 2018 pour Eylea ; voir CDO 222) : les intervalles de traitement sont étendus par ajustement de 2 ou 4 semaines. Le second groupe a reçu 2 mg d’aflipbercept toutes les 8 semaines jusqu’à la semaine 52 puis ont bénéficié du T&E. Or à 104 semaines, les patients du premier groupe ont finalement reçu une injection de moins en moyenne et les intervalles d’injection ont été étendus à 12 semaines ou plus pour plus de la moitié des patients. Sans que l’évolution de leur meilleure acuité visuelle ne diffère de celle du second groupe. Une autre étude, baptisée Galaxy et menée notamment par Jean-François Korobelnik, du CHU de Bordeaux, a par ailleurs comparé les résultats des essais cliniques portant sur les schémas T&E pour l’administration de ranibizumab ou d’aflibercept dans le traitement de la DMLA exsudative et aboutit à la même conclusion : après 24 mois, l’efficacité du traitement est aussi bonne que selon le schéma thérapeutique classique (en moyenne un gain d’acuité visuelle de 5 lettres, voire de 15 lettres ou plus chez environ 30% des patients à 12 mois).

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous