Catherine Creuzot-Garcher

Tous les articles de cet auteur

Neuropathie optique à anticorps anti-MOG

Les neuropathies optiques inflammatoires sont des pathologies fréquemment rencontrées dans la pratique de l’ophtalmologie, avec une incidence de 1 à 5 cas pour 100 000 individus. Leurs étiologies sont multiples. Elles peuvent notamment être dues à plusieurs affections démyélinisantes inflammatoires comme les neuromyélites. La Myelin Oligodendrocyte Glycoprotein (MOG) est une protéine exprimée à la surface de la myéline de notre système nerveux central. Des anticorps dirigés contre cette protéine, les anticorps anti-MOG (Ac anti-MOG), décrits pour la première fois au début des années 2000, sont ainsi impliqués dans certaines névrites optiques. Lire la suite

Œdème maculaire diabétique et membrane épirétinienne : quand opérer ?

L’œdème maculaire diabétique (OMD) est une des causes majeures de baisse d’acuité visuelle (BAV) chez les patients diabétiques et sa prise en charge est une ­problématique de notre pratique quotidienne. Dans le cas d’un OMD associé à une membrane épi­rétinien­ne, la chirurgie vitréo-rétinienne peut être envisagée mais il faut faire la distinction entre les différents scénarios. Lire la suite

Les kératites neurotrophiques

Les kératites neurotrophiques constituent une situation peu fréquente dont la précocité de prise en charge conditionne le pronostic. L'identification des mécanismes impliqués associée à un traitement symptomatique peut permettre d'éviter des complications cornéennes graves pouvant aller jusqu'à la perforation. Parler de kératite neurotrophique, c'est connaître les mécanismes permettant une bonne cicatrisation cornéenne et également les circonstances qui vont nuire à la qualité de la cicatrisation, de nature essentiellement nerveuse. Lire la suite

Les kératoconjonctivites phlycténulaires

La kératoconjonctivite phlycténulaire, ou rosacée oculaire de l'enfant, est une affection rare et sous-diagnostiquée qui associe une meibomite postérieure, des phlyctènes et des chalazions. Dans les formes sévères, l'atteinte cornéenne peut associer une néovascularisation, un infiltrat cornéen et un ulcère catarrhal. La recherche de cette pathologie de diagnostic difficile chez l'enfant a toute son importance car les lésions peuvent entraîner des cicatrices cornéennes à l'origine d'une baisse d'acuité visuelle. Une prise en charge thérapeutique spécifique et un suivi à long terme sont nécessaires. Lire la suite

Information auteur

Email : catherine.creuzot-garcher@chu-dijon.fr

Etablissement : CHU Le Bocage, Dijon. Eye and Nutrition Research Group, CSGA, UMR 1324 INRA, 6265 CNRS, université de Bourgogne-Franche-Comté, Dijon

Profession : Ophtalmologiste

Biographie :