Arbre décisionnel en cas de blessures de la face par Flash-Ball®

Des ophtalmologistes français avaient déjà alerté en mars 2019 sur l’utilisation des LBD (lanceurs de balles de défenses) et demandé un moratoire (cf CDO 227). Des ophtalmologistes et chirurgiens maxillo-faciaux ont publié en août une lettre dans le Lancet, alertant sur la gravité des lésions chez les patients atteints par des tirs de Flash-Ball® lors des manifestations de « gilets jaunes ».

Ils proposent un algorithme de prise en charge, basé sur l’étude de 21 patients présentant des blessures oculaires et de la face. Parmi ces blessures, ils notent des fractures orbitaires et de sévères traumatismes oculaires avec perte de vision (acuité visuelle de moins de 20/200) tels que des ruptures du globe oculaire entraînant la cécité, des détachements choroïdiens, des lacérations du système lacrymal... Ils proposent un arbre décisionnel de prise en charge multidisciplinaire (radiologique et chirurgicale) : scanner et examen précoce par un opthalmologiste et un chirurgien maxillo-facial et selon les cas, chirurgie retardée après discussion entre optahlmos et chirurgiens maxillo-faciaux (en cas de lésion oculaire sévère sans rupture du globe ni incarcération de muscle), ou chirurgie immédiate (rupture du globe, implication du système nasolacrymal, incarcération musculaire).

Lartizien R et al. Yellow vests protests: facial injuries from rubber bullets. Lancet. 2019 august 10;394(10197):469-70.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous