Après des passes d’armes avec les syndicats, la CARMF indemnise les médecins à hauteur de 2 000 €

La CARMF a annoncé le 17 mai qu’elle apporterait une aide forfaitaire de 2 000 € aux médecins libéraux (décision prise le 15 mai en Conseil d’administration), pour compenser partiellement la perte d’activité liée à la crise sanitaire. « Cette somme (nette d’impôts et de charges) viendra en diminution du solde de cotisation 2020, sans réduction des droits à retraite », indique la CARMF.

Cette mesure vient s’ajouter à d’autres aides apportées par la Caisse : prise en charge des médecins malades du COVID-19 et en situation fragiles sans délai de carence, report sur 2021 de trois mois de prélèvements de cotisations, suspension du calcul des majorations de retard et des procédures d’exécution en cours. Il s’agit là au total d’un « effort financier sans précédent par son ampleur dans le monde libéral qui approche le milliard d’euros, soit pratiquement 8 000 € par médecin, en aides directes ou indirectes », assure la CARMF. Cette annonce fait suite à la pression exercée par plusieurs syndicats de médecins libéraux, demandant un soutien supplémentaire aux médecins en cette période exceptionnelle. Elle a été accueillie favorablement, par exemple par le SML, qui « salue ce mécanisme d’aide responsable (…) qui permet de mobiliser la solidarité immédiate de la profession sans remettre en cause la solidarité future à travers les réserves » (celles-ci n’étant pas sollicitées), et par la FMF qui se déclare « satisfaite » de cette décision, qui « aura rempli son rôle de solidarité active sans mettre en péril nos futures retraites ». La CSMF, qui avait été particulièrement vive dans ses réclamations d’aide, se félicite d’une avancée qu’elle estime cependant « timide », mais considère l’effort comme « très insuffisant ».