Antibiotiques intracamérulaires : quels résultats contre l’endophtalmie ?

Comment prévenir au mieux l’endophtalmie après une chirurgie de la cataracte ? Pour répondre à cette question, des chercheurs américains ont effectué une méta-analyse sur 17 études, por­tant sur plus de 900 000 yeux traités par injection intracamérulaire d’antibiotique.

Au choix : céfuroxi­me, moxifloxacine ou vanco­mycine. Or le taux d’incidence moyen de l’endophtalmie après la chirurgie de la cataracte est de 0,0332% avec la ­céfuroxime, 0,0153% avec la moxifloxacine et 0,0106% avec la vancomycine. Les auteurs notent par ailleurs que leur analyse ne révèle pas de différence d’efficacité entre l’utilisation des antibiotiques intracamérulaires seuls ou en plus d’antibiotiques topiques. L’étude des effets secondaires montre que ceux-ci sont les plus ­faibles avec la moxifloxacine tandis que la vancomycine est associée, même rarement, à des complications ­regroupées sous le terme de vascularite rétinienne ­occlusive hémorragique (voir CDO 210). La céfuroxime, majoritairement utilisée en France lors de la chirurgie de la cataracte, affiche quant à elle une bonne efficacité et les problèmes de toxicité observés sont principalement dus à des erreurs de dosage.

Bowen RC, Zhou AX, Bondalapati S et al. Comparati­ve analysis of the safety and efficacy of intracameral cefuroxime, moxifloxacin and vancomycin at the end of cataract surgery: a meta-­analysis. Br J Ophthalmol. Published Online First: 11 Jan 2018.

©shefkate

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous