Anti-VEGF et pression intraoculaire : l’académie américaine fait le point

L’académie américaine d’ophtalmologie s’est penché sur les effets des anti-VEGF sur la pression intraoculaire (PIO) à court et long terme, à travers les études consacrées au sujet. Bilan : les 41 recherches recensées montrent que la pression intraoculaire augmente chez tous les patients dans les 30 minutes suivant l’injection intravitréenne d’anti-VEGF, puis qu’elle diminue avec le temps.

Cette évolution à long terme est cependant variable : sept études révèlent que chez 4 à 15% des patients la PIO reste élevée pendant 9 à 24 mois après l’injection alors que 6 études ne constatent aucun changement de PIO jusqu’à 36 mois après le traitement. Les prétraitements contre le glaucome, la ponction de la chambre antérieure de l’œil, les délais étendus entre les injections, le reflux vitréen, une plus grande longueur axiale sont par ailleurs tous associés avec une plus faible augmentation de la PIO suite à l’injection. En conclusion, l’Académie note que des études sont nécessaires pour déterminer les populations à risque pour une augmentation pérenne de la PIO suite à une injection d’anti-VEGF et que par ailleurs, bien que quelques suggestions existent dans la littérature, les données sont insuffisantes pour déterminer l’impact de ces injections sur la progression du glaucome.

Hoguet A et al. The Effect of Anti-Vascular Endothelial Growth Factor Agents on Intraocular Pressure and Glaucoma. Ophthalmology. 2018 nov 22. [Epub ahead of print]

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous