A+ A A-

V47 - Actualités en contactologie

Florence Malet
Numéro 185 - Décembre 2014
Dans ces actualités en lentilles de contact, nous développerons plus particulièrement la prise en charge actuelle des adaptation des cornées irrégulières dont la nouvelle place importante don- née aux verres scléraux et nous ferons également un point sur les différents traitements visant à freiner l'évolution de la myopie et leurs résultats actuels.

Si le marché des lentilles rigides a été plutôt plat ces dernières années, notamment dans les pays anglo-saxons, il n'en demeure pas moins que l'excellence des résultats optiques obtenus concourent à garder ce segment dit de « lentilles de spécialité » et qu'il bénéficie des nouvelles technologies. Il n'existe pas moins de 14 modèles de verres scléraux aux États-Unis à ce jour ! Le développement des verres scléraux a largement bénéficié de l'apport de l'imagerie par OCT du segment antérieur permettant de mieux connaître la jonction cornée-sclère mal évaluée jusqu'à présent.

L'utilisation de plus en plus fréquente de ce type d'adaptation, comme le démontre les récentes publications, a permis de bien cerner les indications, de réaliser une approche didactique dans le choix des paramètres des verres d'essais lors de l'adaptation proprement dite. Le choix du dia- mètre et de la hauteur sagittale du premier verre d'essai peuvent être optimisés à partir de règles plus précises qui seront développées. Le suivi de ces adaptations permet également de mieux cerner et d'appréhender les effets secondaires, voire les complications parfois observées, et de préciser la gestion de ces problèmes tels la diminution de l'espace cornée-verre au cours de la journée, l'empreinte conjonctivale source d'hyperhémie, les fluctuations visuelles soit par accumulation de débris, soit par effet de brouillard lié à un œdème, voire des néovascularisations cornéennes.

De nombreux espoirs sont fondés sur des techniques optiques et médicamenteuses pour tenter de freiner l'évolution de la myopie. La population asiatique est la plus touchée par cette amétropie et par son augmentation de fréquence expliquant pourquoi la majeure partie des études cliniques sont réalisées dans ces pays. Si les thérapeutiques médicamenteuses apparaissent les plus efficaces, l'adjonction de systèmes optiques défocalisants peut apporter un complément, leur effica cité étant évaluée à environ à 0,25 à 0,35 dioptrie de réduction d'évolution par an.


Si vous souhaitez lire cet article, abonnez-vous aux Cahiers d'Ophtalmologie et vous recevrez ce numéro gratuitement.

S'abonner
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés