Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 97
A+ A A-

V15 - Neuropathies optiques ischémiques : quel bilan, quel traitement ?

Audrey Fel
Numéro 185 - Décembre 2014
Les neuropathies optiques ischémiques antérieures aiguës (NOIAA) sont la première cause de neuropathie optique aiguë du sujet de plus de 50ans; leur incidence varie de 0,54 à 10,3 pour 100 000 habitants. Les signes cliniques ainsi que l'atteinte campimétrique sont typiques.

Le bilan indispensable dans le cas des NOIAA
artéritiques reste la vitesse de sédimentation et le dosage de la C reactive proteine, ainsi que la biopsie de l'artère temporale, éventuellement l'angiographie à la fluorescéine.

Dans le cas d'une NOIAA non artéritique, le bilan cardiovasculaire classique (diabète, HTA, dyslipidémie, doppler des troncs supra aortique, etc.) s'est récemment élargi avec l'imputabilité des apnées du sommeil à la mécanistique de la neuropathie. De nombreux médicaments ont égale- ment été incriminés, dont le sildénafil.

L'OCT a également fait preuve d'un intérêt pronostique lors du bilan, particulièrement l'analyse des cellules ganglionnaires.

Concernant l'attitude thérapeutique, les principes de base de prise en charge d'une NOIAA n'ont pas changé, tout comme la prise en charge des formes artéritiques. En revanche, concernant les NOIAA non artéritiques, de nombreux traitements ont été essayés avec de bons résultats mais sur de petits effectifs: corticoïdes en intravitréen ou intraveineux, anti-VEGF.

D'autres traitements expérimentaux sont actuellement en phase d'essai chez l'animal.

Si vous souhaitez lire cet article, abonnez-vous aux Cahiers d'Ophtalmologie et vous recevrez ce numéro gratuitement.

S'abonner
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés