A+ A A-

Une deuxième vie pour les verres scléraux

lundi, 29 septembre 2014 16:07
Si les verres scléraux existent depuis près de deux siècles, ils ne se sont véritablement développés qu'à la suite d'une série d'avancées techniques au cours de la première moitié du XXe siècle, mais pour être rapidement supplantés par les lentilles cornéennes à cause des graves problèmes de tolérance et d'hypoxie qu'ils engendraient. Cependant, la conjonction de nouvelles avancées technologiques (perméabilité à l'oxygène des matériaux, technologies numériques de fabrication...) et des progrès de l'imagerie ophtalmologique a permis de surmonter ces effets délétères.Ils peuvent être désormais utilement proposés aux porteurs quand les solutions conventionnelles ont échoué, avec de nombreuses indications, optiques ou thérapeutiques.
Dans les principales causes d'insatisfaction des presbytes équipés de verres correcteurs, on accuse la plupart du temps un mauvais centrage, un dosage imparfait de la correction, un problème de convergence... La baisse qualitative de l'acuité visuelle des presbytes de plus de 60 ans n'est pas suffisamment prise en compte et devrait faire l'objet de tests complémentaires : sensibilité au contraste, sensibilité colorée et sensibilité à l'éblouissement. Les optotypes à fort contraste que nous utilisons pour quantifier l'acuité ne nous renseignent pas suffisamment sur le qualitatif visuel du patient, en particulier lors du renouvellement de son équipement optique, ce qui peut conduire à des malentendus fâcheux, le patient croyant qu'à cette occasion il va retrouver une vue parfaite! Cet article présente des tests de dépistage simples, pratiques et rapides.
Publié dans Cahier optique
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés