A+ A A-
14/03/2018
D’après une étude de l’Irmes (Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport) publiée début février en français dans le Quotidien du médecin et en anglais fin ­octobre dans la revue Frontiers in Physiology, l’espèce ­humaine a sans doute atteint ses limites biologiques. Les chercheurs donnent plusieurs chiffres à l’appui : alors que le nombre de centenaires explose, le record de longévité de Jeanne Calment (122 ans et 164 jours) n’a toujours pas été battu, ni même approché ; la taille des hommes et des femmes a quant à elle augmenté ­respectivement de 9 et 8 cm ­environ en 100 ans, mais stagne depuis 30 ans. Selon eux, le réchauffement climatique, la raréfaction des ressour­ces et l’acidification des océans notamment vont rendre ces limites de plus en plus dures à repousser, de même que les records sportifs seront de plus en plus durs à battre. L’environnement affecte les capacités physiques d’un individu lors des épreuves… et de l’espèce dans le temps.

Marck A, Antero J, Berthelot G et al. Are we reaching the limits of homo sapiens? Front Physiol. 2017;8:812.n
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés