A+ A A-
Ils ont été entendus. Le rapport remis par le Pr Dubois-Randé, ex-président de la conférence des doyens, et Quentin Hennion-Imbault, ex-vice-président de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), préconisait la fin des ECNi et la réforme du deuxième cycle des études de médecine. Les ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur ont suivi leurs recommandations : dès 2019 pour les étudiants qui entreront en quatrième année et jusqu’en 2022, de nouvelles modalités seront mises en place, telles que des stages plus tôt dans le cursus, la personnalisation du parcours de l’étudiant, des évaluations en stage d’externat renforcées, la formation en simulation généralisée… L’admission en 3e cycle se fera également ­dorénavant par un « matching » (voir CDO 219) qui remplacera les ECNi en se basant sur trois critères : les connaissances, les compétences cliniques et relationnelles et le parcours de l’étudiant. Les premières seront évaluées en fin de 5e année, les deuxièmes en fin de 6e année et le profil « sera défini par un certain nombre de paramètres exprimant la personnalisation du parcours et qui deviendra un atout », a expliqué la ministre de la Santé. Ce sont tous ces paramètres et modalités d’évaluation qui restent à présent à définir afin d’assurer une procédure équitable et transparente pour tous les étudiants. L’ANEMF et la conférence des doyens ont salué ces premières pistes et poursuivent donc la concertation avec les ministères.
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés