A+ A A-
17/11/2017

Le grand plan d’investissement déçoit

Fin septembre, le premier ministre Édouard Philippe a présenté son Grand plan d’investissement, dévoilant notam­ment un investissement de 4,9 milliards d’euros dans le secteur de la santé pendant le quinquennat. Si cette annonce est évidemment bien perçue sur son principe, la distribution de ce budget ne satisfait en revanche pas les médecins libéraux. Car 80% des fonds débloqués ­seront alloués aux hôpitaux, pour la modernisation et le renouvellement des équipements techniques et immobiliers hospitaliers ou encore la suite du programme ­« Hôpital numérique ». La télémédecine, quant à elle ne sera dotée que d’une enveloppe de 50 millions d’euros tandis que 400 millions d’euros seront consacrés aux maisons et centres de santé. Un partage que le Syndicat des médecins libéraux (SML) regrette dans un communiqué : « Le SML s’interroge sur la répartition des fonds et ne peut que constater un déséquilibre entre l’hôpital et la ville, entre les maisons de santé et les autres formes d’innovations organisationnelles promues par les professionnels de santé libéraux. S’il salue ­l’effort consenti sur la santé, il appelle le Gouvernement à rectifier le tir et à investir de façon audacieuse sur les soins de ville libéraux. » La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) souligne quant à elle que le budget alloué à la télémédecine « est loin d’être suffisant pour favoriser la transition numérique et développer l’innovation en santé. La CSMF appelle le Gouvernement à rétablir l’équilibre entre l’hôpital et la médecine libérale, les deux piliers du système de santé français, et à donner à cette dernière des moyens diversifiés à la hauteur des défis qu’elle doit relever. »
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés