A+ A A-
02/07/2018

L’Asnav met en garde sur la conduite de nuit

Les jours rallongent mais l’Association nationale pour l’amélioration de la vue (Asnav) n’oublie pas de rappeler tout de même les risques de la conduite de nuit. « 90% des ­infor­mations nécessaires à la conduite d’un véhicule passent par la vue, souligne l’association. Or, la nuit, la vision est fortement perturbée, même en l’absence d’anomalie. […] De manière physiologique, le passage de la vision diurne à la vision nocturne altère le champ visuel jusqu’à 30%. En conduite de nuit, cette altération est encore majorée par l’utilisation des phares. En effet, perturbé par la grande différence de lumière entre le faisceau des phares et le reste de la route non éclairée, l’œil ne perçoit plus les zones latérales. L’enchaînement de toutes ces circonstances aura pour effet, une chute de l’acuité visuelle évaluée de 1 à 5/10e, une augmen­ta­tion du temps de récupération à l’éblouis­sement et une perte de la vision des reliefs, du champ visuel et des couleurs. » Des informations qui ne sont pas inutiles à donner aux patients, surtout sachant, comme le précise l’Asnav, que « la conduite automobile de nuit représente moins de 10% du trafic mais génère près de la moitié des accidents mortels ».
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés