A+ A A-
21/02/2018

La régulation de l’installation en plein débat

Les déserts médicaux ont continué à faire couler de l’encre à la fin de l’année 2017, avec notamment l’avis du Conseil économique, social et environnemental (CESE), publié le 13 décembre. Parmi les 10 préconisations qu’il comporte se trouve en effet celle-ci : « Utiliser le levier du conventionnement sélectif et, le cas échéant à moyen terme, renforcer une offre alternative à l’offre médicale libérale. D’ores et déjà, réguler l’installation des spécialistes de 2e recours en secteur 2 dans les zones sur-denses en conditionnant leur conventionnement à la réalisation de consultations ­« avancées » régulières en zones sous-denses. » Ce à quoi la ministre de la Santé Agnès Buzyn a répondu que le gouvernement refusait de mettre en œuvre des mesures coercitives. L’incitation semble donc toujours de mise, mais les moyens seront peut être revus, puisque la préconisation n°6 du CESE suggère de « soumettre à évaluation les aides financières à l’exercice dans les zones sous-denses afin de ­supprimer celles qui sont porteuses d’un effet d’aubaine ­excessif, de les concentrer sur un petit nombre d’incitations à effets avérés (ex. : cumul emploi-retraite) et de les rendre réversibles le cas échéant ».
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés