A+ A A-

Editorial : Urgences oculaires inflammatoires et infectieuses

Bahram Bodaghi
Numéro 219 - Mai 2018
Les inflammations et les infections oculaires sont les principales causes de consultation d’urgence en pratique quotidienne. Elles méritent une attention toute particulière de la part de l’ophtalmologiste mais également de ses collaborateurs. En l’absence d’une démarche diagnostique raisonnée et de la mise en place d’une stratégie thérapeutique adaptée à la sévérité de l’atteinte, la mise en jeu du pronostic visuel pourrait survenir à très brève échéance.

Ce numéro thématique des Cahiers d’Ophtalmologie, réalisé par les équipes du DHU Vision et Handicaps, est consacré aux étiologies inflammatoires et infectieuses les plus sévères dont la prise en charge ne pourrait souffrir ni retard ni hésitation. C’est naturellement que nous avons commencé ce dossier par les sclérites. Damien Guindolet et Éric Gabison ont remarquablement simplifié cette entité, qui a bénéficié des progrès ­thérapeutiques immunomodulateurs récents au point de réduire de façon significative les complications observées autrefois. Comme toujours, nous devons débusquer l’infection avant tout traitement altérant l’immunité locale ou systémique.

Le spectre des viroses oculaires touchant le segment antérieur s’est largement élargi. L’expertise d’Antoine Rousseau et de Marc Labetoulle a permis de détailler un panorama complexe en fonction de l’agent incriminé, du tissu atteint, de certaines zones géographiques à risque et de l’âge des patients.

Les abcès cornéens restent des urgences absolues en fonction des différents facteurs de risque, de la présentation clinique et de l’agent causal. Juliette Knoeri et ­Vincent ­Borderie résument parfaitement les pièges à éviter et proposent une prise en charge sur mesure au cas par cas.

Chérif Titah et Isabelle Cochereau ont revisité les endophtalmies. Leur fréquence a considérablement diminué depuis l’injection d’antibiotiques intracamérulaires en fin de chirurgie de la cataracte, mais d’autres cas compliquant les injections intravitréennes méritent une attention toute particulière.

Marie-Hélène Errera a ensuite exposé le quatuor des uvéites infectieuses composé par la toxoplasmose, les nécroses virales herpétiques, la syphilis et la tuberculose. Le lecteur trouvera des conseils diagnostiques et thérapeutiques précieux pour chacune des situations.

Enfin, Éléonore Diwo rappelle les principales règles à appliquer sans tarder aux ­uvéites non infectieuses en prenant des exemples allant de l’uvéite B27 fréquente à la maladie de Behçet, au Vogt-Koyanagi-Harada, à l’ophtalmie sympathique et aux choriocapillaropathies primitives.

La collaboration avec l’interniste, le rhumatologue, l’infectiologue nous paraît capitale lors de la prise en charge des différentes entités évoquées dans ce numéro et reste la condition indispensable pour une récupération durable et sans séquelle.

Si vous souhaitez lire cet article, abonnez-vous aux Cahiers d'Ophtalmologie et vous recevrez ce numéro gratuitement.

S'abonner
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés