DMLA atrophique : physiopathologie et traitements à venir

La DMLA est la principale cause de cécité après 50 ans dans les pays industrialisés, la forme atrophique pure représentant 31 % des cas. Tandis que la prise en charge de la forme exsudative a bénéficié de progrès majeurs avec l’apparition des anti-VEGF, les moyens thérapeutiques pour la forme atrophique restent limités en pratique quotidienne. Néanmoins, une meilleure compréhension des phénomènes physio-pathogéniques qui concourent à l’atrophie maculaire font espérer que de nouveaux traitements pourront être bientôt disponibles.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous